Les Aratars Index du Forum Les Aratars
Forum créé par les Gremlin's
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil  AbréviationAbréviation   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
 Retour au site 


 
Tulkas Eonwë

Utilisateurs enregistrés: Aucun
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Aratars Index du Forum -> Historique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Curumo

Administrateur


Administrateur

Sexe:Sexe:Masculin
Inscrit le: 21 Avr 2003
Messages: 5717
Localisation: Orthanc en Isengard

MessagePosté le: 23 Juil 2003 14:58     Sujet du message: Tulkas Eonwë Répondre en citant

Voici mon personnage principal : un demi-elf paladin (certains reconnaitront l'origine des noms d'ailleurs). Par ailleurs si ça tente quelqu'un j'irai jusqu'à mettre son histoire complète (dès que j'aurais eu le courage de la recopier)

Si vous avez des commentaires vous êtes prié de le faire sur un post parallele car je mettrai la suite plus tard Clin d'oeil

Tulkas Eonwë (le nom de famille a été pris suite à une question qui m'a surpris .. j'ai pas trouvé mieux Très content)

Je me prénomme Tulkas, et je vais vous faire part de mon histoire. Commençons par le début, car à l’âge de 5 ans mon avenir était déjà grandement perturbé. Mais je me laisse emporter par le récit en en oubliant le début. Je fus un enfant absolument semblable à tous ceux de mon âge pendant près de cinq ans. Fils de marchands modestes connu sous le nom à consonance elfique (par mon ascendance paternelle) d'Eonwë. Nous vivions à Athlaka (grande ville fort riche dont j’aurai l’occasion de vous reparler plus longuement) lorsque mes parents décidèrent de partir vendre leurs marchandises à la porte de Baldur (une ville de grande importance dans la côté septentrionale de Féerune).
Nous ne partirions pas seuls : tous nos amis marchands allaient faire route avec nous ainsi qu'un groupe de mercenaires étrangement armurés. Je ne l'appris que beaucoup plus tard, il s'agissait non pas de mercenaires mais de paladins qui nous ont escortés sans espoir d'argent. Par simple charité car eux-même se rendaient vers Baldur, pour une destination et une raison qui me reste encore à ce jour cachée.
Comme de nombreuses caravanes de marchands, notre voyage fut ponctué par une attaque d'êtres dont le nom exprime le même dégoût que leurs faces hideuses. Seulement celle-ci fut plus forte et plus rapide que ce à quoi nous nous attendions. Mes parents furent tués dès le début. Les paladins nous ont défendus honorablement donnant corps et âmes dans la bataille. Beaucoup furent blessés, mais seuls les paladins périrent au combat ainsi que mes parents malchanceux.
Un seul paladin vivait encore, mortellement blessé et à l’agonie. Avec de quitter ce monde, il donna une « pierre » à M. Bophins qui allait devenir mon tuteur. Il dit alors : « voici pour celui qui devra avoir la charge de ce malheureux garçon. Nous avons failli à notre tâche. » Sans plus d’explication, ses souffrances prirent fin. J’imaginai à l’époque (ainsi que pendant de nombreuses années) qu’il faisait allusion à la protection des biens et gens de la caravane mais je me bernai d’illusion et la vérité allait me surprendre bien plus tard !

La vie à Baldur reprit à peu près normalement pour tous sauf pour mes tuteurs, Hervé et Sylvie Bophins. Baldur est à la fois une grande ville, un port, et une ville de passage entre Athlaka et Eaux profondes. Cela donne d’immenses possibilités marchandes. Les lois sont aussi moins sévère sur de nombreux points mais les gens moins riches, ou plutôt la ville est plus zonée entre les diverses classes.
Mes parents secondaires (la famille Bophins) étaient marchands, ils ne pouvaient être toujours avec moi ce qui me donnait une grande liberté. Ajoutons à cela leur arrivée nouvelle en ville, ce qui leur donnait beaucoup de travail pour réussir à se faire un nom et une place. Inévitablement, nous étions arrivés dans le quartier dit « pauvre » des marchands !
Pendant mon temps libre, je passais de très nombreuses heures dans le temple de Tyr où je priais pour que ces créatures infâmes soient punis pour leurs crimes, un monde où il y aurait une justice pour les crimes perpétrés par le mal incarné. Même si je doutai que Tyr lui-même fasse quoique ce soit, je continuai à espérer, qu’une personne en ce monde en ait la force et la capacité.
Le reste du temps, je suivais des gardes pour apprendre leur style de combat afin de pouvoir un jour, devenir moi-même ce bras de la justice que j’espère tant voir un jour s’abattre sur ces créatures diaboliques. Mais mon incapacité à suivre discrètement les gardes me rendit "célèbre" auprès du corps de garde. J’avais alors une vilaine tendance à les gêner, bien involontairement…
Des responsables hauts gradés (du moins je le pense) eurent vent de ces événements et en arrivèrent à proposer à l'honorable famille Bophins de m'envoyer au Cœur radieux (ordre résidant de paladins à Athlaka) pour y recevoir une éducation de lettré et une formation au maniement des armes. Ils semblaient estimer que j'avais en moi le courage, la volonté, l'obstination et la foi suffisants pour recevoir une formation de paladin. Ils disaient : « il a en lui l'animosité du mal tel l'être béni, une grande foi et un caractère difficile à faire ployer sous la contrainte ou lorsqu'il s'agit de quelque chose qu'il juge néfaste. » Je n'avais, à l'époque, rien compris ce ces termes et maintenant je me sens flatté d'avoir été l'objet de tels propos. Quoiqu’il en soit, j’accepta l’offre sans savoir réellement d’en quoi je venais de m’engager.
Ma formation dura fort longtemps, en effet mon esprit était peu malléable. Sept ans d'apprentissage au temple de Tyr afin d'y apprendre la lecture, l'écriture et les connaissances pour dispenser une véritable justice. Puis huit de formation au Cœur radieux où j'appris à porter convenablement une armure, à manier une épée sans me couper une jambe mais aussi la droiture de conduite qui fait la fierté du paladin tant au cours d'un combat que dans la vie de tous les jours. J’y appris aussi les lois des diverses grandes villes et cette restriction de la magie profane (et par voie de conséquence non divine) dans cette belle qu’est Athlaka. Mes connaissances en ce domaine sont donc extrêmement réduites. Dame Viviane fut mon instructrice au Cœur Radieux et je fis également de nombreuses connaissances dans les responsables de l’Ordre. Même s’ils n’ont pas de considérations particulières à mon égards bien entendu. Mais le temps changera peut être ce regard. Comme dans toutes professions ou formations, tout à chacun peut voir un même enseignement sous différents angles. Certains paladins vont passer leur vie à traquer toutes formes de méfaits citadins, alors que d’autres vont voué la fin de leur vie à enseigner leur savoir aux autres. D’autres encore font le choix que j’ai adopté : protéger la vie en attaquant les créatures du mal et non contre ceux qui voue leur vie au mal par choix (roublards, assassins…) ou par conviction personnelle (prêtre de Talos, Shar…). Je veux aider le monde à se protéger contre les créatures malfaisantes plus que contre la gangrène du peuple : le mal apporté par les idéaux intellectuels. Cependant l’un n’empêchera pas l’autre. Si je ne tiens pas à passer ma vie à traquer et chasser voleurs et autres larcins d’une ville (comme le font les gardes et de nombreux paladins), je n’ai nullement l’intention pour autant de laisser faire un forfait sous mes yeux. Il en va de même si mon ordre ou supérieur hiérarchique me demandent de remédier à la création d’une guilde (secte, ou tout autres réunion de personnes cherchant sciemment à rependre la mal) ou aux méfaits d’un être vil sévissant dans la ville ou région. Une main juste n’est pas synonyme d’une main aveugle et vengeresse et aveugle. Une créature aussi malfaisante soit elle ne doit pas forcement être tué parce qu’elle est « mauvaise ». Si elle ne montre pas signe d’hostilité et qu’elle ne menace pas de villes ou de vies de façon directe, alors pourquoi donc s’acharner à dispenser la mort plutôt que le jugement ? Cependant comme toutes règles, elle a ses exceptions et transgressions. Démons et dragons sont deux races d’êtres particulièrement vils. Mais à l’inverse des gobelins, par exemple, ils sont d’une grade puissance et passent leur vie à chercher le pouvoir sur les autres et éventuellement l’amas d’or. Ils ne peuvent être laissé en vie car leur orgueil les poussera à la destruction de tout ce qui se dresse sur leur passage. Mais je n’ai ni les capacités d’affronter pareils ennemis ni la fibre à les poursuivre. Chacun se doit de faire ce qu’il peut et ne pas surestimer ses capacités. Je laisse la traque aux démons et dragons à des paladins et guerriers nettement plus expérimenté ; De plus en général, ces paladins le font par choix suite à leur passé tourmenté ou parce qu’ils estiment que c’est la seule façon d’obtenir la suprématie du bien sur le mal. L’avenir me montra que je me trompai sur de très nombreux points, à mon sujet et sur de nombreux autres… notamment les êtres maléfiques. Mais cela vous sera narré plus tard !
Reprenons donc, à la fin de ma formation, avec l'accord du Cœur radieux, je partis à la porte de Baldur à nouveau pour y voir mes tuteurs et pour y accomplir ma première mission : apporter une nouvelle optique aux gardes de cette ville. Une optique peut être plus juste (je le verrai par moi-même une fois sur place) mais surtout une nouvelle forme de vision. Une sorte de nouveau souffle, et aussi une aide à la garde si le besoin s’en fait ressentir.
_________________
    Tel est le rôle de Curumo dans le Conte des Aratars. De la grandeur et de la beauté il a ramé jusqu'à la ruine et aux ténèbres qui furent jadis le sort d'Arda Marrie. Si cela doit changer, si Curumo doit arrêter de ramer, Manwë et Varda le savent peut-être, mais ils ne l'ont pas annoncé, non plus que les sentences de Mandos.

    Quenta Aratarion.


Dernière édition par Curumo le 16 Fév 2004 14:56; édité 2 fois
Revenir en haut
Déconnecté Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Aratars Index du Forum -> Historique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

Sauter vers:  

Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Merci pour le référencement à :


Referencement Gratuit    "Portail Bricabrac"    Annuaire voltzenlogel.net    Annuaire Généraliste    Gartoo
RaveCrow    Recherche Web    référencement marketing    liens sponsorisés    Annuaire KimiWeb.Net (Tolkien)    Annuaire KimiWeb.Net (Baldur's Gate)


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.