Les Aratars Index du Forum Les Aratars
Forum créé par les Gremlin's
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil  AbréviationAbréviation   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
 Retour au site 


 
Iris

Utilisateurs enregistrés: Aucun
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les Aratars Index du Forum -> Historique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
EcceAngelo

Membre


Membre

Sexe:Sexe:Masculin
Inscrit le: 05 Oct 2003
Messages: 249
Localisation: Dans le Thalys, quelque part entre Bruxelles et Paname

MessagePosté le: 15 Jan 2004 2:17     Sujet du message: Répondre en citant

Ce perso date un peu (octobre 96...) et n'est pas du DD3, mais c'est toujours du méd-fant, et elle reste assez sympa, même si le concept semble actuellement un peu naïf.

Eh oui, on ne crée pas un perso de la même façon à 15 ans qu'à 22... Clin d'oeil

----------

Iris

Alors qu'il était seulement adolescent, Déoril vit son village soumis par les démons; tous leur obéissaient; les démons s'installèrent dans des grottes dont ils avaient aménagé les couloirs, et où ils avaient emmené tous les enfants en bas âge et les jeunes filles du village.

Une nuit, alors que les démons étaient partis, lui et ses amis décidèrent de mener un raid dans leur repaire pour délivrer les prisonniers.

Surmontant leur peur, ils pénétrèrent le plus silencieusement possible dans dans les couloirs vides et sombres, malgré la présence de torches flamboyantes. Après ce qui leur parut être des heures, ils arrivèrent face aux grilles qui devaient êtres celles des prisons. Curieusement, ils purent les ouvrir sans trop de mal; ils délivrèrent les jeunes gens, et, alors qu'ils s'apprêtaient à ressortir, ils sentirent un vent de plus en plus fort leur gonfler les cheveux: "C'est un piège!" hurla un des compagnons, avant de succomber, déchiré de part en part d'un coup de griffes de démon.
Les prisonniers se mirent à courir vers la sortie, couverts par les jeunes guerriers.

Déoril vit alors dans un coin une jeune fille recroquevillée sur elle-même, endormie. Il la réveilla: "Qu'est-ce que tu fais encore ici? Va-t-en avec les autres!"

- Non! Pas moi! Laissez-moi!...

A ce moment, un des compagnons, aux prises avec un démon bouscula une torche, qui tomba sur la tête de la jeune fille, l'assomant. Déoril la souleva par les bras pour la poser sur son épaule, puis, la soutenant d'une main, et faisant tournoyer son épée de l'autre, se fraya un passage à travers la masse des démons et s'enfuit hors de la grotte. Les compagnons ayant survécu le rejoinrent bientôt, puis ils partirent dans la forêt, vers la cabane qu'ils avaient construite des années auparavant, dans un endroit connu d'eux seuls.

Les jeunes gens libérés étaient retournés au village. La bande d'amis réfugiés dans leur cabane ne comptait qu'une demi-douzaine de membres, les plus expérimentés ayant pu sauver leur vie. Au petit matin, Déoril fut réveillé par les cris de ses amis: "Tuez-la! Elle n'a rien à faire ici! D'ailleurs, comment a-t-elle bien pu arriver chez nous?..." Il se leva, voyant ses compagnons attroupés autour de la couche sur laquelle il avait déposé la jeune fille qu'il avait sauvée. Il la regarda. Qu'elle était belle, son drap épousant dans les moindres détails ses formes parfaites, son doux visage entouré de ses cheveux flamboyants étalés sur l'oreiller, dont la neige jurait avec la cendre de ses ailes... Ses ailes?... "Non! Même si elle n'est pas humaine, je ne l'ai pas sauvée des griffes des démons pour l'abandonner au fer de vos lames! Si vous voulez la tuer, vous devrez d'abord me passer sur le corps! Et croyez-moi, je ne vous laisserai pas faire..." Un des amis lui sauta dessus, mais il retomba aussitôt, embroché sur l'épée sanglante de Déoril. "Celui-là servira d'exemple..." Les compagnons reculèrent, se soumettant à leur aîné.

La jeune fille, qui s'appelait Iris, fut vite acceptée des compagnons, mais leur méfiance ne s'estompa que quand elle renonça à tous ses pouvoirs de démon, pour éviter de risquer de les dévorer un jour, en proie à sa soif de chair humaine quotidienne. Elle devait néanmoins manger un coeur d'humain toutes les lunes; mais c'était le prix à payer...
Ils vécurent ainsi des mois durant, jusqu'au jour où...

Un jour qu'elle était partie à la rivière pour laver le linge, elle trouva à son retour les alentours de la cabane très silencieux... Elle s'approcha, et vit, dans l'espèce de cour entourant la demeure, d'énormes flaques de sang, avec çà et là des morceaux d'épées brisées, des membres arrachés. Elle se mit à courir vers la cabane, les larmes lui montant aux yeux, lachant ses bacs de linges immaculés derrière elle. Arrivée dans l'entrée, elle tomba à genoux, s'effondrant en larmes: devant elle se trouvait l'épée de son ami, plantée en terre, à deux pas d'une grande flaque de sang, avec au centre, une statuette comme seul Déoril savait les faire. Elle serra contre elle la statue complètement recouverte de sang et fondit en larmes à nouveau.

Quand elle eut repris pleine possession de ses moyens, elle planta l'épée de son ami dans une branche morte qu'elle remonta jusqu'à la garde,de sorte à former unje croix, sur laquelle elle grava le nom du défunt. Elle planta cette croix au pied du chêne duquel il tirait le bois où il sculptait ses oeuvres magnifiques.

Elle repartit à la rivière, pour y laver la statuette souillée. Ce fut en la frottant dans l'eau qu'elle put distinguer le sujet sculpté: deux amants enlacés dans un ultime baiser...

Mais deux choses faisaient ombrage à cette merveilleuse beauté: trois griffes de démon lacéraient l'oeuvre de part en part, et, dans le dos de la femme, deux marques indiquaient que l'oeuvre avait été en partie brisée... Nouvelle crise de larmes.

Ce fut alors qu'elle décida de venger ses amis , qui l'avaient acceptée, l'avient initiée aux merveilles de la vie, telles que l'humour, l'art, l'amour, et tant d'autres choses encore, alors que son peuple d'origine ne lui avait montré que les plaisirs bestiaux des démons...


_________________
Un homme, une épée, un coup.
-- Kakita, Le Sabre --
Revenir en haut
Déconnecté Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
EcceAngelo

Membre


Membre

Sexe:Sexe:Masculin
Inscrit le: 05 Oct 2003
Messages: 249
Localisation: Dans le Thalys, quelque part entre Bruxelles et Paname

MessagePosté le: 16 Jan 2004 2:21     Sujet du message: Répondre en citant

Allez, un petit bonus, mais après je n'aurai plus grand chose à proposer comme bons textes méd-fant...

(tiens, '98 quand même, ce texte...)

----------

La Chasse

"Bon… Il faut y aller, maintenant…"
C'est la dernière nuit, et elle le sait. Elle sait que si elle ne le fait pas
maintenant, elle mourra.
Oh, si ça ne tenait qu'à elle, elle se serait déjà donné la mort : tuer pour
vivre la dégoûte. Mais son trépas entraînerait celui de ceux qu'elle aime, c'est pourquoi elle continue à souffrir. Cruelle malédiction : tuer pour laisser vivre…
A regret, Iris se lève, recouvre ses ailes trop noires d'un large manteau,
d'un geste lourd. Elle secoue une dernière fois ses boucles rousses, abattue, et sort de la chambre.
Au fur et à mesure qu'elle descend vers la salle commune de l'auberge,
elle se sent de plus en plus oppressée par les rires et les cris des marins qui s'amusent. Elle marche lourdement vers la porte, comme un condamné vers son supplice, accablé par le poids de ses crimes. Ou plutôt de son unique crime : vivre.
Dehors, la neige et le froid sont au rendez-vous, ainsi que le vent. Ils n'ont physiquement aucune importance pour le démon qu'elle est ; mais ils tailladent son âme et la lacèrent comme autant de lames aiguisées.
Elle marche seule vers son malheur avec pour seule compagne la lune,
pleine, qui la nargue. Elle erre longtemps dans les rues, à la recherche d'une âme égarée qui offrira sa vie pour elle.

Ce n'est qu'après de longues heures qu'elle trouve enfin ce qu'elle
cherche. Ce soir, son malheureux sauveur aura la forme d'un clochard. Seul, sans rien, il attend un bonheur incertain, ou peut-être même la mort, assis dans la neige. La ruelle est petite et relativement sombre, à l'abri du vent et des regards. Il a bien choisi son endroit, le bon bougre. Il ne se doute encore de rien.
Iris réprime une nausée soudaine, pensant à ce qui va arriver. Elle a déjà vécut cela trop souvent…
Elle s'approche, s'efforçant de sourire malgré son malheur.
- Bonsoir, monsieur. Vous n'avez pas l'air joyeux ce soir …
- Ben oui ma p'tit'dame. Qu'est-ce que vous voulez : je n'ai plus rien…
- Oh… Qu'est-ce qui vous ferait plaisir, plus que tout ?
- Ce qui m'ferait plaisir ? C'est bien la première fois qu'on m'demande ça…Eh
bien, c'que j'aimerais plus que tout au monde, ce serait une bonne bouteille, pour oublier un peu ma misère…
- Vous seriez prêt à me suivre, pour une bouteille de bon vin ?
- Oh oui, bien sûr, ma p'tit'dame !…
- D'accord, je vais vous chercher ça…dit-elle, retenant ses larmes.

Elle se retourne, et marche, honteuse d'elle-même et coupable, jusqu'à la dernière taverne qu'elle a passée. Là, elle demande à l'aubergiste une bouteille de son meilleur vin, puis repart, l'objet de son immonde pacte sous le bras.

Le clochard est toujours là quand elle revient. Elle espérait qu'il se soit
rendu compte de quelque chose et soit parti ; mais non…
- Tenez…Savourez-la, monsieur…
Il prend immédiatement la bouteille aussitôt qu'elle la lui tend, de peur
qu'elle disparaisse, et la boit en vitesse, avec un plaisir visible…
Ensuite, tout se passa très lentement, comme dans un immonde cauchemar, laissant à la succube le temps de goûter toute l'horreur de la
scène.

Il retire le goulot de sa bouche laissant échapper un filet de salive. Il la
repose dans la neige, vide, et tourne la tête pour s'essuyer la bouche sur sa manche sale. Elle lance sa main crispée vers sa poitrine. Ses griffes plus assez acérées déchirent la peau. Les os craquent. Il la regarde, surpris et effrayé, ne comprenant plus rien. Elle détourne le regard, les yeux pleins de larmes. Elle arrache le coeur qui palpite d'une manière obscène dans sa main, tuant le pauvre homme sur le coup. Elle le porte à sa bouche avec dégoût et le mange.
C'est fini.

Le corps gît, là, dans la neige. Iris se relève, le recouvre de neige, puis
s'en va, cachant ses mains dans son manteau, plus pour elle-même que pour les autres.

Honteuse, encore plus coupable que la veille, elle repart vers l'auberge.
Elle y entre, encore plus accablée par les rires et les cris des marins qui
s'amusent.

Arrivée dans sa chambre, elle s'effondre sur le lit et s'abandonne aux
pleurs provoqués par son crime nécessaire.
Quand la tempête de douleur morale et de honte se calme, elle se redresse sur le lit, la tête lourde. Un petit espoir brille dans ses yeux encore embués de larmes…
- Maintenant, je suis tranquille pour un mois, pense-t-elle en regardant la
lune maintenant impuissante.

Mais soudain, un tiraillement se fait sentir dans son estomac…
_________________
Un homme, une épée, un coup.
-- Kakita, Le Sabre --
Revenir en haut
Déconnecté Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Olivia

Modératrice des forums généraux


Modératrice des forums généraux

Sexe:Sexe:Féminin
Inscrit le: 07 Nov 2003
Messages: 3563
Localisation: En haut de mon Eva

MessagePosté le: 18 Jan 2006 1:00     Sujet du message: Répondre en citant

Pour éviter de salir sa description, je vous invite à poster vos commentaires dans un autre topic Clin d'oeil



_________________
Revenir en haut
Déconnecté Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les Aratars Index du Forum -> Historique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

Sauter vers:  

Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Merci pour le référencement à :


Referencement Gratuit    "Portail Bricabrac"    Annuaire voltzenlogel.net    Annuaire Généraliste    Gartoo
RaveCrow    Recherche Web    référencement marketing    liens sponsorisés    Annuaire KimiWeb.Net (Tolkien)    Annuaire KimiWeb.Net (Baldur's Gate)


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.